Marie-Hélène Mottin-Sylla

questions-guides :

Questions d’ordre général

1)       Quelles sont vos réactions générales à ce document de problématique?

·         L'analyse initiale de ce qu'est/ce que n'est pas l'économie, est un bon départ, (changer le regard sur l'économie)

·         Elle pourrait/gagnerait à être développée sur certains points (par exemple : (1)le lien social comme ressource "gratuite" et "finie" (= potentiellement épuisable) pillée (épuisable ?) par l'économie dominante, liée entre autres à l'urbanisation et à la marginalisation du Tiers Monde). (2) En détaillant davantage la critique de l'économie dominante en relation avec la problématique détaillée de la perception alternative ("l'autre regard")

2) Quelles sont, à votre avis, les aspects non mentionnés dans ce bref document qui devraient être pris en compte ?

4       nécessairement

(a)    procéder à une critique épistémologique des qualificatifs des différents types d'économie (entre autres) – par exemple la notion d'économie traditionnelle (prise comme synonyme d'économie actuellement dominante) pose problème dans les contextes ou économie traditionnelle est synonyme d'économie "pré-coloniale".

(b)    Procéder à une recherche/analyse transculturelle de ces questions : la problématique est centrée sur la vision "occidentale" de l'économie alternative. Elle part du principe que toutes les femmes sont les mêmes, quels que soient les mondes où elles vivent, alors que ces mondes entretiennent des rapports inégalitaires. Par exemple, la situation socio-économique créée par le SIDA (ou la mortalité et morbidité maternelles et infantiles) en ce qu'elle concerne avant tout les femmes africaines, apporterait probablement des éclairages complémentaires dans la problématique.

(c)     Cela amènera à critiquer pour les diversifier et les enrichir certaines notions comme "travail" dans l'économie alternative (autres formulations à analyser : activités génératrices de revenus, salariat, emploi…)

(d)    Procéder à une analyse plus fine de la notion de solidarité/du populaire/du pouvoir et contre-pouvoir(s), notamment en rapport avec la façon et les limites dont elles sont mises en œuvre dans les groupes de femmes qui pratiquent l'économie solidaire (les limites de la solidarité, l'intérêt du groupe face à l'intérêt individuel, la répartition des bénéfices)

4       idéalement

(a)    Procéder à une confrontation de la recherche théorique (conceptuelle, universitaire) avec la recherche/réflexion par les femmes actives dans l'économie solidaire, notamment dans des contextes culturels autres qu'occidentaux.

(b)    Analyser pourquoi l'économie dominante est devenue dominante, et quelles conditions de base devraient permettre de renverser (ou offrir des alternatives à) cette dominance

(c)     Discuter si l'alternative à l'économie dominante est une ou plurielle - Démythifier l'économie alternative : dans  quelle mesure l'économie alternative se démarque vraiment de l'économie dominante (part faite à l'inégalité, s'appuyant sur les inégalités d'âge et de statut par exemple, non-durabilité de ses processus et de ses méthodes)

(d)    Discuter des probabilités (et de la pertinence de la notion de probabilité) de renversement de la tendance dominante par la tendance alternative ? En dégager les traits fondamentaux de la vision alternative (= pour en définir les enjeux)

 

Questions d’approfondissement 

3) Quels sont les principaux enjeux du travail et des initiatives socio-économiques des femmes dans le contexte actuel de mondialisation ?

·         Poser les termes de la problématique :  concepts d'activité économique/de travail/ d'emploi/ d'activité génératrice de revenu / de pauvreté ? enjeu de la survie, lié à la pauvreté, à la question démographique et à la gestion écologique

·         Mettre en visibilité les initiatives socio-économiques des femmes, et de leur diversité : pouvoir d'expression, de l'altérité/diversité, de leurs contextes historiques (ex. Amérique latine vs Afrique)

 

4) Dans quelle mesure le travail et les initiatives socio-économiques des femmes constituent un potentiel de contestation et de transformation des logiques économiques dominantes vers des pratiques plus justes et plus solidaires ? Sur quels aspects ces nouvelles pratiques nous invitent-elles à changer notre regard sur les théories et le fonctionnement de l’économie ?

Potentiel de contestation ? ou potentiel de transformation ou d'alternative ?

Etudier de plus près les liaisons/connexions entre l'économie dominante et l'économie alternative, en général et dans les contextes particuliers

Etudier aussi les possibles formes d'injustices dans les économies alternatives (inégalités de genre, inégalités de statut, inégalités de génération)

 

5) principaux obstacles politiques, sociaux et culturels à l’initiative et l’égalité socio-économique des femmes 

Est-il utile de développer cela ici, on peut se référer au nombre des recherches/études/constats menés dans le contexte de Beiijing+5 ?

 

6) transformations politiques nécessaires pour lever ces obstacles aux niveaux international, niveau régional/continental et au niveau national et/ou infra-national ?

Objectifs

·         Donner statut d'interlocuteur obligé/ respecté aux acteurs de l'économie solidaire – identifier les alliances possibles

·         Définir mieux les contours de l'économie solidaire dans le cadre de l'économie d'aujourd'hui et de demain

·         Renforcer la crédibilité de l'analyse de genre en économie, et au sein des autres alliés potentiels face à l'économie dominante (ex : autochtones, écologistes, droits de la personne, etc.)

h

Stratégies

·         implications théorique de la face alterne/complémentaire de la globalisation : l'exclusion, l'imaginaire, l'underground

·         articulation des réseaux alternatifs dans la diversité

·         développer les compétences techniques des actrices de l'économie solidaire dans les domaines de l'analyse, de la problématique, du plaidoyer, du lobby