L'histoire d'une batteuse

1993

Abstract / Résumé / Resumen

fr

C'est après le passage d'une batteuse du village voisin de FATOLA dans les villages ORDIK qu'est née l'idée d'acquérir une batteuse de mil. Grâce à un financement de la coopération française, une batteuse est acquise en 1991. Pour s'occuper de la machine, deux personnes sont envoyées au centre de Bakel pour être formées. A leur retour du stage, ils mettent en route la batteuse. Le prix du battage est fixé selon un système de dîme : le dixième sac battu revient à la machine. En termes de rentabilité financière la batteuse est avantageuse par rapport au système de battage traditionnel. En 1990, par exemple la famille Traore, en recourant à ce système, a dû faire appel à 70 hommes du village pour battre sa récolte et à 67 femmes dont 47 nomades pour la transporter et la vanner. Non seulement cette famille a dû assurer deux repas à chaque personne, acheter de la cora et des cigarettes mais en plus donner 4 moules à chaque homme et 5 moules à chaque femme. Sur une production de 9.285 Kg la famille a dû payer 1845 Kg pour son battage. Avec le système de la dîme le battage aurait dû lui revenir à 928 kg. Malgré ses avantages économiques indéniables la batteuse est inutilisée aujourd'hui. Et ceci, à cause de ses inconvénients sociaux : elle remettait en cause des traditions culturelles de solidarité. Traditionnellement chacun va battre la récolte de l'autre à tour de rôle. Le battage est plus qu'un acte économique. C'est un moment social avec tout un rituel de chants, de retrouvailles.

Text / Texte / Texto

fr

Bien que présentant des avantages économiques, la batteuse a été rejetée car perçue comme une menace à des formes d'être traditionnelles. Elle présentait aussi un inconvénient pour les nomades qui ne sont pas des cultivateurs et qui vivent du battage. On ne les aurait plus revus dans le village alors qu'ils y apportent notamment des produits laitiers.

Authors / Auteurs / Autores

GAKUNZIDavid   
    Réf_documentaires: GAKUNZI, David
    Origine_information: ENTRETIEN
   29 rue Eugène Sue, 94700 MAISONS ALFORT. FRANCE. Tel 43 53 13 62