Plate-forme d'éducation populaire -4-

1994

Description / Descripción

fr

Présentation du CIDE=Centre de Recherche et Développement de l'Education

Abstract / Résumé / Resumen

fr

Le CIDE, fondation privée à but non lucratif, existe depuis 1965, date à laquelle il a été créé par un groupe de chrétiens intéressés par les problèmes de l'éducation nationale.

Les chercheurs du CIDE (surtout des spécialistes en science sociale)se sont donné pour objectif la réalisation d'études concernant l'éducation, et leur diffusion. Trois objectifs ont été progressivement définis :

- le développement de projets éducatifs dans les secteurs populaires,

-la recherche dans des domaines liés à l'education (en vue de contribuer à l'amélioration de celle-ci et à la formulation de politiques éducatives plus justes),

- la diffusion des résultats de ces recherches, ainsi que ceux des projets de développement.

Le CIDE travaille actuellement sur 7 programmes : Famille-école, Education pour l'action de quartier, Education populaire, Jeunes et éducation secondaire, Réseau documentaire en éducation, Education et travail, Systématisation et diffusion de stratégies éducatives destinées aux adultes.

Ce dernier programme ("Systématisation...")s'inscrit dans une perspective de "recherche pour l'action", et cherche à "établir un cadre conceptuel et analytique qui permette d'analyser et de systématiser les expériences d'éducation populaire du point de vue des stratégies de formation utilisées..."

L'objectif est double :

Tout d'abord, il s'agit de réfléchir sur les stratégies de formation en question, c'est-à-dire tous les processus éducatifs qui essaient d'aider les participants des secteurs populaires à développer les talents, les capacités qui leur permettront d'agir plus efficacement dans certains domaines de leur vie. Ce qui est intéressant, c'est que l'étude ne porte pas uniquement sur le contenu de l'enseignement, mais aussi sur les relations entre les trois éléments qui entrent en jeu das ces stratégies de formation, à savoir: l'enseignant, l'enseigné et l'enseignement en soi.

Quant au second objectif, il consiste à établir une meilleure communication entre chercheurs et formateurs, toujours dans l'idée d'un enrichissement de l'action par la recherche.

Une fois le principe posé, il a fallu choisir les expériences qui seraient l'objet d'une telle étude.

Depuis 1990 (début du programme), les expériences menées ont été très hétérogènes. Trois domaines ont été privilégiés cependant :

- la formation et l'organisation de l'action de quartier,

- la formation et l'insertion professionnelles des jeunes,

- la formation méthodologique au travail dans les secteurs populaires.

En fonction de ces lignes d'action, trois projets ont été sélectionnés pour le programme de systématisation :

- ateliers d'éducation populaire,

- projet de formation professionnelle de jeunes,

- programme d'éducation pour l'action de quartier.

Une réflexion a ensuite démarré à partir de ces expériences, dans le but de savoir "quels types de stratégies de formation sont les plus appropriées pour l'acquisition des compétences spécifiques nécessaires aux secteurs populaires, afin d'améliorer leur vie et leur participation à la société".

Le principe de départ était l'idée que la recherche devait être menée en collaboration avec les équipes responsables de ces projets. Les propositions initiales des équipes de recherche ont d'ailleurs été reformulées pour prendre en compte les remarques et commentaires émis par les équipes de terrain. Dans ce qui en est résulté, l'aspect le plus intéressant est certainement la communication qui s'est établie entre les équipes de recherche et les équipes de terrain (d'action). La préoccupation principale des premières étant : "Comment faire pour que ces études servent à ceux qui agissent ?", et également pour que ces expériences puissent être reproduites. D'où l'accent mis sur la diffusion des résultats de ces travaux (publication de documents de travail, organisation de séminaires).

Le but ultime est de créer un espace de réflexion entre tous ceux qui travaillent dans le domaine de l'éducation populaire, et de favoriser l'interface entre savoir systématique et savoir dérivé de l'action, le tout dans une perspective d'amélioration, d'enrichissement de l'éducation populaire. Cette initiative me semble très intéressante en raison de l'axe qui guide la recherche : que les résultats puissent être utilisables dans l'action. Il s'agit d'une tentative pour décloisonner les domaines théorique et pratique. L'autre intérêt de la démarche suivie est que les chercheurs ont su être à l'écoute des formateurs qui interviennent sur le terrain, et qu'ils ont tenu compte des remarques formulées par ceux-ci. Leur objectif d'enrichissement mutuel de la recherche et de l'action me paraît donc en partie atteint.

Authors / Auteurs / Autores

LE GUENCatherineCEDAL FRANCE : Centre d'Etude du Développement en Amérique Latine43 ter rue de la Glacière, 75013 Paris, FRANCE. Tel 43 37 87 14. Fax 43 37 87 18. E-mail cedal@globenet.org 
    Réf_documentaires: CEDAL FRANCE=CENTRE D'ETUDE DU DEVELOPPEMENT EN AMERIQUE LATINE, Des savoirs qui circulent : une éducation qui se repense in. COMUNICANDO, 1994/05/00 (France), N°25
    Origine_information: PRESENTATION D'ORGANISME
    Origine_information: PERIODIQUE
    Notes: Contact: <CIDE=Centro de Investigación y Desarrollo de la Educación>, Erasmo escala 1825-casilla 13608. Santiago, Chile.
    Notes: Fiche établie à partir du texte contenu dans la brochure "Aprendiendo de lo nuestro: nuestra experiencia institucional: CEDAL/CIDE/ IDH/SAPE".