Plate-forme d'éducation populaire -5-

1994

Description / Descripción

fr

Présentation de l'IDH=Instituto del Hombre

Abstract / Résumé / Resumen

fr

L'histoire de l'IDH diffère légèrement de celle des autres institutions présentées ici. En effet, l'Institut a été fondé à partir de la longue expérience accumulée sous la forme d'initiatives individuelles (en dehors de tout cadre institutionnel)entre 1968 et 1983. L'institutionnalisation en 1983 a donc été postérieure à l'engagement d'actions; c'est pour augmenter l'efficacité des actions menées que les acteurs ont décidé de donner un cadre juridique à leurs activités.

A l'origine de l'initiative de l'IDH, il y a une préoccupation politique avouée : comment faire pour que les processus politiques soient à tout moment l'expression des réalités vécues par les secteurs populaires, et non pas des intérêts syndicaux ou politiques ?

L'initiative de l'IDH semble avoir une composante idéologique beaucoup plus marquée que celle des trois autres institutions présentées, également membres de la plate-forme. La réflexion théorique occupe une place plus importantes, semble-t-il, que dans les autres institutions. Les membres de l'IDH sont partis d'une longue expérience de terrain, et ont ensuite essayé de resituer leur action dans un cadre théorique, à partir de l'analyse de leurs actions passées, ce qui explique l'accent mis sur la réflexion idéologique.

Cette réflexion s'est fondée sur une idée développée dans les premiers écrits de Marx (notamment L'idéologie allemande): "Ce n'est pas la conscience qui détermine la réalité, mais la réalité qui détermine la conscience". La conséquence tirée par les membres de l'IDH est que, pour agir sur la dimension culturelle des secteurs populaires dans un objectif de conscientisation politique, il faut d'abord agir sur les données matérielles et sur la qualité des relations humaines et, en particulier, lutter contre la domination qui existe dans nombre de ces relations humaines, qu'elles soient professionnelles ou familiales.

L'idée de l'IDH est donc d'offrir une société alternative, même si ce n'est qu'à échelle réduite.

A partir de l'échec de la gauche en 1971 dans leur pays (l'Uruguay), les membres de l'IDH se sont interrogés sur les faiblesses de la gauche dans différents pays latino-américains et ont tenté de trouver une explication à la question : pourquoi les propositions dites populaires et censées être destinées au peuple, ne parviennent pas à toucher ceux qu'elles visent ? Et ils ont travaillé sur l'idée que la gauche latino-américaine devrait peut-être essayer de formuler ses propositions en partant de l'observation des besoins et attentes réels des secteurs populaires.

Un autre point de départ de leur réflexion directement lié au problème de l'éducation populaire a été l'analyse de différentes expériences menées dans ce domaine. La première d'entre elles, des cours pour la formation politique de syndicalistes, s'est révélée être un échec dans la mesure où, malgré toutes les précautions prises, les formateurs n'ont pas pu éviter l'instauration de rapports de domination au sein du groupe entre ceux qui comprenaient le contenu de l'enseignement et ceux qui avaient plus de difficultés. Une seconde expérience, avec le même groupe de syndicalistes, fut beaucoup plus probante : elle se fondait sur une méthodologie différente qui fait du savoir initial du groupe le point de départ du processus d'apprentissage, permettant ainsi à chacun de contribuer activement à la production de savoir collectif. Avec cette formule, le rapport de domination qui s'était instauré lors de l'expérience précédente fut rapidement éliminé.

La conception de départ de l'IDH est que l'homme est deshumanisé et que le sens de l'histoire est le passage de cet état de déshumanisation à une humanisation, les retrouvailles en quelque sorte de l'homme avec lui-même; et ils pensent que ce passage passe par la prise de conscience des obstacles qui nous empêchent de voir la réalité telle qu'elle est, autrement dit, la transformation de la "conscience fausse" qui caractérise l'homme déshumanisé en conscience "vraie" de l'homme réconcilié avec lui-même. Dans ce processus, l'IDH se situe au niveau des conditions de réalisation de ce passage; c'est-à-dire qu'il cherche à améliorer les conditions matérielles dans un sens qui permette aux acteurs d'effectuer la prise de conscience et l'humanisation considérées comme fins.

Ainsi, l'IDH travaille actuellement sur un projet de développement local urbain qui concerne 11 quartiers différents (contre seulement deux au départ). L'idée de développement local a pour objectif concret d'agir sur les différents facteurs qui affectent l'équilibre de l'écosystème des acteurs des secteurs populaires, et par là-même leur qualité de vie.

Authors / Auteurs / Autores

LE GUENCatherineCEDAL FRANCE : Centre d'Etude du Développement en Amérique Latine43 ter rue de la Glacière, 75013 Paris, FRANCE. Tel 43 37 87 14. Fax 43 37 87 18. E-mail cedal@globenet.org 
    Réf_documentaires: CEDAL FRANCE=CENTRE D'ETUDE DU DEVELOPPEMENT EN AMERIQUE LATINE, Des savoirs qui circulent : une éducation qui se repense in. COMUNICANDO, 1994/05/00 (France), N°25
    Origine_information: PRESENTATION D'ORGANISME
    Origine_information: PERIODIQUE
    Notes: Contact : <IDH=Instituto del Hombre>, Mercedas 1570 Montevideo. Uruguay