L'apport de la médiation en pédagogie

1996

Description / Descripción

fr

La méthode du professeur Reuven Feuerstein est destinée à faciliter les apprentissages

Abstract / Résumé / Resumen

fr

Depuis quelques années la médiation entre dans l'école, plus exactement dans la cour de récréation, pour tenter d'apporter une réponse aux situations de tensions qui s'y développent. Avec le travail d'Annie Cardinet, conseil et chercheur en pédagogie, la médiation est invitée à franchir le seuil de la classe. Dans un livre paru récemment, elle met en lumière les enjeux fondamentaux d'une pratique de la médiation en pédagogie. En inscrivant son propos entre une préface de Reuven Feuerstein et une postface de Jean-François Six, l'auteur situe d'emblée le cadre de son travail : faire une étude comparée des thèses développées par ces deux théoriciens de la médiation, l'un dans le domaine des outils pédagogiques et l'autre au niveau du concept même de médiation.

Professeur de psychologie à l'Université de Jérusalem, Reuven Feuerstein a développé, en collaboration avec Ya'acov Rand, une démarche originale destinée à faciliter les apprentissages (1). Le processus se fait en deux étapes : d'abord évaluer chez l'apprenant les mécanismes d'acquisition des connaissances (procédures dites "cognitives")pour en déceler les éventuelles déficiences, puis, dans un second temps, corriger ce qui peut perturber le bon fonctionnement de la pensée. Ce "Programme d'Enrichissement Instrumental" (PEI), fait partie d'un ensemble de méthodes dont le but est de dynamiser - ou redynamiser - l'activité intellectuelle en direction notamment d'élèves en difficultés ou d'adultes en formation (2). A la base, un principe simple, positif, qui considère que tout être humain est capable d'améliorer sans cesse ses capacités à apprendre.

Nombre de ces méthodes font référence à la médiation : le formateur ou l'enseignant joue le rôle d'intermédiaire, de "passeur" entre le contenu de l'enseignement et la personne qui reçoit cet enseignement. Le pédagogue s'implique dans la relation savoir-apprenant au point d'en devenir le catalyseur. Il ne s'agit plus pour l'élève ou le stagiaire d'accumuler des connaissances ni même d'acquérir des méthodes de travail, mais d'entreprendre, avec le pédagogue, une démarche qui va le conduire à la découverte de ses propres mécanismes d'apprentissage. Certaines difficultés particulièrement tenaces pourront nécessiter de modifier ces outils d'apprentissages ou de combler des lacunes de précédentes médiations, on parle alors de re-médiation.

D'une façon générale, toute intervention volontaire d'un tiers entre celui qui apprend et ce qui est à apprendre modifie la relation entre le formé et le contenu de la formation, entre l'élève et le savoir. "Ces situations médiatisées, souligne Annie Cardinet, ont un impact particulier sur le développement de l'intelligence et de la capacité à apprendre". Il est cependant indispensable que celui qui apprend soit pleinement impliqué dans la méthode. En effet, poursuit l'auteur, "s'il n'a pas cette activité mentale, aucun maître, même excellent, ne pourra faire qu'il progresse. Il pourra lui inculquer des éléments de savoir, changer ses comportements, mais non permettre le développement et la construction d'un savoir spontanément sollicitable".

Le résultat le plus immédiat de ces actions éducatives est de redonner confiance à celles et ceux à qui elles sont proposées car elles sont basées sur l'écoute et le respect et visent à l'autonomie. L'individu retrouve le droit de penser, de réfléchir, et l'occasion d'utiliser les moyens intellectuels dont il dispose. Ce programme a été introduit, en 1983, dans l'Education nationale puis, en 1986, dans la formation continue. Il a contribué à faire connaître plus largement la notion de médiation pédagogique et à faire prendre en compte la dimension psychologique de la pédagogie.

Authors / Auteurs / Autores

    Réf_documentaires: BOUBAULT, Guy in. Non violence actualité, 1995/12 (France), 197
    Origine_information: PERIODIQUE
  Non Violence Actualité  
   BP 241, 45202 Montargis Cedex. Tel 02 38 93 67 22. Fax 02 38 93 74 72