A High School Trains Students with a Curriculum Oriented Toward Practicality in a Rural Mountanous Area in Lesotho / Des lycéens des campagnes pour une formation pratique

1999

Description / Descripción

en

This project aims to provide the students of St. Barnabas High School with training that will allow them either to enroll in vocational and technical schools or to undertake income-generating activities in the difficult context of rural Lesotho.

fr

Ce projet a pour objectif de former les élèves du Lycée St. Barnabas de manière à ce qu'ils puissent soit s'inscrire dans des écoles professionnelles et techniques ou entreprendre des activités génératrices de revenus dans le contexte difficile du Lesotho rural.

Abstract / Résumé / Resumen

en

1. Context

On the dusty road, the car overtook five horsemen whose horses set off at a gallop in a cloud of shining dust. At the foothills of the Maluti mountains, St. Barnabas High School dominated the surroudings. No trees. Just rocks, an exhausted land and an incredibly bright luminosity. As if we were closer to the sun.

We followed the principal of the school who had received a short notice about our visit. Here is the pig project, here is the dairy cows project, here the vegetable project and here the walnut project.

Are the 365 students present in the school just here to run projects? Of course not, but he thought we were just interested in projects. After all, were we visiting him on behalf of donors?

2. The Challenge

The principal arrived in the school more than 15 years ago. He wanted his school to become dynamic and to provide students with training that would allow them either to enroll in vocational and technical schools or to undertake income-generating activities in the difficult context of rural Lesotho. Too many students had spent their years in high school as a useless period of their life whereas their parents had placed high hopes and invested a lot of money in their education.

3. The actors

The high school is staffed with 18 trainers among which 16 are contracted by the Ministry of Education. The school is private since it is owned by the local Anglican church. Up to now, the principal has been left very much independent - he even suppressed religious lessons due to lack of proper teachers and a high rate of failure at the national exams. The school has a capacity to train 360 students, 60% of which are female. It is supervised by a School Committee that comprises two parent representatives, two representatives of the school owner (in this case the local church), one staff representative, the local chief and the principal. The committee meets regularly every three months, or more if needed, to plan the development of school activities and the policies affecting the school.

4. The methods used to face the challenge

Thanks to dynamic information campaigns by the principal of the school, the school benefited from aid from several foreign donors, which allowed it to launch practical activities that became the originality of the school. Curricula have been modified accordingly and every student has the duty and the opportunity to be practically exposed to agricultural, building, welding, or even typing and computer experiences. The principal, on behalf of the school committee and with its agreement, presented specific projects to the donors. Agreements were signed and the school was receiving the budget in installments once the work was executed.

All the money was managed by the principal and this allowed for original arrangements. In 1994, a summer camp was organized for the students to dig a canal from a reservoir built on the mountain above the school. This generated a very communicative atmosphere between the teachers and the students, which still remains.

From small projects in the beginning, the school is now able to manage bigger investments such as the construction of dormitories on its own funds (with parents' contributions).

5. The results

The rate of students admitted into vocational training keeps growing. Last year, two former students graduated and came back to the school as teachers. This impressed the students and reinforced the meaning they gave to their training.

6. The future

As the school depends on a generator and solar panels to get its electricity, the school committee is now lobbying the local authorities to draw an electricity line to reach the school. Though this is costly, it will allow students, who will all be boarders in the school as of the next academic year, to use their evenings in a better way.

fr

1. Contexte

Sur la route poussiéreuse, la voiture a dépassé cinq cavaliers dont les chevaux sont partis au galop dans un nuage de poussière brillante. Sur les contrebas des montagnes Maluti, le Lycée St. Barnabas domine l'environnement. Pas un arbre. Juste des pierres, une terre épuisée et une luminosité incroyablement claire. Comme si nous étions plus proches du soleil.

Nous avons suivi le directeur de l'école qui avait été prévenu de notre visite très peu de temps avant. Voici le projet des cochons, voici celui des vaches laitières, ici le projet des légumes et voici le projet des noix.

Les 365 élèves de l'école ne sont-ils ici que pour gérer des projets ? Non, bien sûr, mais il pensait que nous n'étions intéressés que par les projets. Après tout, n'étions-nous pas là au nom des bailleurs de fonds ?

2. Le défi

Le directeur est arrivé à l'école il y a plus de 15 ans. Il voulait que son école soit dynamique et proposait de former les élèves de manière à ce qu'ils puissent soit s'inscrire dans des écoles professionnelles et techniques ou entreprendre des activités génératrices de revenus dans le contexte difficile du Lesotho rural. Trop d'élèves avaient passé leurs années de lycée comme une période inutile de leur vie, alors que leurs parents avaient placé de grands espoirs et investi beaucoup d'argent dans leur éducation.

3. Les acteurs

Le lycée est composé de 18 formateurs dont 16 sont sous contrat du Ministère de l'Éducation. L'école est privée depuis que l'église anglicane locale l'a achetée. Jusqu'à maintenant, on a laissé une grande indépendance au directeur - il a même supprimé les cours de religion en raison du manque de bons professeurs et du taux d'échec élevé aux examens nationaux. L'école a la capacité de former 360 élèves, dont 60% sont des filles. Il est contrôlé par un Comité scolaire qui comprend deux représentants des parents, deux représentants du propriétaire de l'école (l'église locale), un représentant du personnel, le chef local et le directeur. Le comité se réunit régulièrement, tous les trois mois ou plus souvent s'il le faut, pour envisager le développement des activités scolaires et les politiques qui affectent l'école.

4. Les méthodes utilisées pour faire face aux défis

Grâce à des campagnes d'information dynamiques orchestrées par le directeur de l'école, cette dernière a bénéficié d'aide de plusieurs bailleurs étrangers, ce qui l'a permis de lancer des activités pratiques qui sont devenues l'originalité de l'école. Les programmes scolaires ont été modifiés en conséquence et chaque étudiant a le devoir et l'occasion de s'exposer en pratique à des expériences d'agriculture, de construction, de soudure, ou même de dactylographie et d'ordinateur. Le directeur, au nom du comité scolaire et avec son accord, a présenté des projets précis aux bailleurs. Des accords ont été signés et l'école recevait le budget sous forme d'acomptes, une fois le travail exécuté.

Tout l'argent était géré par le directeur et cela a permis des arrangements originaux. En 1994, une colonie de vacances a été organisée pour les élèves, pour creuser un canal à partir d'un réservoir construit sur la montagne au-dessus de l'école. Cela a produit une atmosphère très communicative entre les professeurs et les étudiants, qui est restée depuis.

Des petits projets du début, l'école peut maintenant gérer des investissements plus importants tels que la construction de dortoirs sur ses fonds propres (avec des contributions des parents).

5. Les résultats

Le taux d'élèves reçus en formation professionnelle ne cesse d'augmenter. L'année dernière, deux anciens élèves ont obtenu leur diplôme et sont revenus à l'école en tant que professeurs. Cela a impressionné les étudiants et renforcé le sens qu'ils donnent à leur formation.

6. L'avenir

Étant donné que l'école dépend d'un générateur et de panneaux solaires pour son électricité, le comité scolaire fait aujourd'hui pression sur les autorités locales pour tirer une ligne d'électricité pour l'école. Bien que ce soit cher, cela permettra aux élèves, qui seront tous pensionnaires à l'école dès la prochaine année scolaire, de mieux utiliser leurs soirées.

Text / Texte / Texto

en

The first impression we had rapidly faded away. The high school and its principal genuinely have a vision. Projects are seen as ways to improve the education given in the school. The way these projects have been implemented has built a strong capacity in the school, which is now able to invest and handle new investment projects without external assistance.

Some of the projects were funded by the micro-project management unit of the European Development Fund.

fr

Notre première impression a rapidement évolué. Le lycée et son directeur ont réellement une vision. Les projets sont vus en tant que manières pour améliorer l'éducation donnée dans l'école. La manière de mettre en ouvre ces projets a donné de grandes capacités à l'école, qui peut maintenant investir dans de nouveaux projets et les gérer sans assistance extérieure.

Certains des projets ont été financés par l'unité de gestion des micro projets du Fonds de développement européen.

Authors / Auteurs / Autores

LASSALLEThierryFPH : Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l'Homme38 rue Saint Sabin, 75011 Paris, France - Tel 01 43 14 75 75 - Fax 01 43 14 75 99 - lassalle@globenet.org 
    P_ressource_entretien: WESI LEBUSO, C.
    Origine_information: INTERVIEW
    Notes: [[Written for the public debate "Actors and processes of the cooperation", which could feed the next Lome Convention (European Union/ACP countries relations). This debate, animated by the FPH, has been started by the Cooperation and Development Commission of the European Parliament and is supported by the European Commission.]
    Notes: ST. Barnabas High School - P.O. Box 14- ROTHE 195 - LESOTHO.